• LĂ©o-Paul SAPET

L'ASTUCE MENTALE💡La musique

DerniĂšre mise Ă  jour : 30 juin

De nos jours, il est frĂ©quent de voir des sportifs de haut niveau Ă©couter de la musique avec des Ă©couteurs avant de commencer leur compĂ©tition. En effet, que ce soit dans des sports individuels ou dans des sports en Ă©quipes, plusieurs athlĂštes incluent l’écoute de musique dans leur routine d’avant match. Certains le font pour passer le temps, se mettre dans une bulle ou penser Ă  autre chose. Et si la musique impactait la performance et permettait de mieux se prĂ©parer mentalement pour ĂȘtre performant ?


Paul Pogba à la Coupe du Monde de la FIFA en 2018 organisée en Russie.

Dans son mĂ©moire, GeneviĂšve Cardella-Rinfret a voulu savoir si la musique pouvait rĂ©ellement ĂȘtre un outil de prĂ©paration mentale chez les athlĂštes olympiques. Les rĂ©sultats de son Ă©tude sont assez clairs.


La musique a de nombreux aspects positifs car elle permet :

- d'amĂ©liorer la cohĂ©sion d’équipe ; autant dans les sports d’équipe que dans les sports individuels. Il avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© dĂ©montrĂ© que la musique pouvait renforcer le sentiment d’appartenance Ă  un groupe (Priest & Karageorghis, 2008).

- d'entraĂźner l’imagerie mentale ; Ă  travers une production plus importante d’images mentales chez un individu Ă©coutant de la musique que chez un individu Ă©tant dans un Ă©tat de relaxation (Quittner & Glueckauf, 1983). De plus, en Ă©coutant la musique, une association se fait entre ce qui est entendu et l’imagerie mentale que l’athlĂšte essaie de reproduire (Juslin & Vastfjall, 2008). À force de rĂ©pĂ©titions, la musique entraĂźne donc la capacitĂ© de production d’imagerie mentale.

- d'entraĂźner l’automaticitĂ© ; le recourt Ă  la musique permet de faciliter la libĂ©ration des automatismes. Avec la musique les sportifs sont capables de plus facilement se laisser aller de maniĂšre Ă  exĂ©cuter leur performance de maniĂšre automatique sans trop porter leur attention sur l’exĂ©cution d’un geste.

- d’accĂ©lĂ©rer le temps ; les athlĂštes utilisent Ă©galement la musique pour se divertir. En Ă©coutant de la musique certains athlĂštes bĂ©nĂ©ficie d’une perception altĂ©rĂ©e du temps comme dĂ©montrĂ© dans l’étude de Priest et Karageorghis (2008). Lors des compĂ©titions il peut Ă©galement y avoir de longues pĂ©riodes d’attente. En Ă©coutant de la musique, le temps semble passer plus rapidement et l’athlĂšte reste ainsi plus concentrĂ© et Ă©nergique.

- de revivre des souvenirs ; se remĂ©morer sa famille peut aider l’athlĂšte Ă  se sentir mieux. En effet, la musique peut, par conditionnement opĂ©rant ou par mĂ©moire Ă©pisodique induire une Ă©motion chez l’athlĂšte (Juslin & Vastfjall, 2008).


- de rĂ©guler son anxiĂ©tĂ© et stress ; la musique peut ĂȘtre utilisĂ©e comme un stimulant ou un sĂ©datif selon les besoins de l’athlĂšte (Ellis & Brighouse, 1952; Smith & Morris, 1977). Un mĂȘme athlĂšte peut donc faire diminuer ou augmenter son niveau en fonction de ses besoins du moment.


- de rĂ©guler ses Ă©motions ; elles jouent un rĂŽle central dans la performance sportive (Hanin, 2000) et il y a de plus en plus de d’évidences que la musique permet l’atteinte d’un Ă©tat facilitant la performance. Cependant, toutes les musiques n’induisent pas les mĂȘmes Ă©motions donc il est important que l’athlĂšte fasse un choix judicieux de maniĂšre Ă  ressentir le bon Ă©tat Ă©motionnel.

- d'augmenter sa motivation ; la musique peut Ă©galement aider les athlĂštes Ă  s’entraĂźner rĂ©guliĂšrement ou terminer un entrainement qui est difficile. Elle peut conduire Ă  une plus grande frĂ©quence, une plus grande intensitĂ© et une plus longue durĂ©e des sĂ©ances d’exercice physique (Szabo et al., 1999; Tenenbaum et al., 2004). Il est non seulement pertinent que les athlĂštes puissent choisir des musiques qui les motivent, mais il est Ă©galement pertinent que les entraĂźneurs et les kinĂ©siologues qui entraĂźnent ces athlĂštes sachent quelles musiques a un effet positif sur la motivation de l’athlĂšte.

- d'amĂ©liorer sa concentration ; l'utilisation de la musique permet de crĂ©er un niveau d’activation qui rĂ©trĂ©cit le champ attentionnel et donc qui bloque les distractions (Simpson, 1976). La musique semblait avoir crĂ©Ă© un type d’isolement du public permettant aux joueuses de bloquer les distractions externes et ainsi maintenir un bon niveau de concentration. Permet Ă©galement de rester dans le moment prĂ©sent.

- de contrÎler son discours interne ; l'utilisation de la musique permet de faciliter la gestion de ses pensées et ainsi adopter un discours positif


- de dĂ©velopper sa confiance en soi ; la musique peut augmenter l’estime de soi et la confiance des athlĂštes (Tenenbaum et al., 2004) avant une compĂ©tition. La confiance est un des facteurs psychologiques les plus importants Ă  la rĂ©alisation d’une bonne performance sportive, mais aussi l'un des plus complexe.


- d'atteindre l’état de flow (ou performance optimal) ; la musique peut faciliter l’atteinte de l’état de flow (Levitin, 2007). L’état de flow (Csikszentmihalyi, 1975) est un Ă©tat psychologique optimal qui se caractĂ©rise par une combinaison presque parfaite entre le dĂ©fi imposĂ© lors d’une situation particuliĂšre et le niveau d’habiletĂ© de l’athlĂšte.


Attention, il y a tout de mĂȘme des points sur lesquels les sportifs doivent ĂȘtre vigilants, car la musique peut nuire sur leur performance en entraĂźnement ou en compĂ©tition dans deux conditions :

1- Lorsqu’il est important d’entendre = entendre les consignes et les correctifs de leur entraĂźneur. En plus d’interagir avec les coĂ©quipiers ou avec les entraĂźneurs, les athlĂštes ont parfois besoin de repĂšres sonores, interne ou de calme pour performer.

2- Lorsque la musique devient une distraction = Parfois la musique va induire le mauvais Ă©tat Ă©motionnel. D’autres fois, la musique peut augmenter le niveau d’anxiĂ©tĂ© cognitive de l’athlĂšte. Les athlĂštes n’ont pas toujours le choix de la musique qu’ils entendent.


Conclusion :


Les rĂ©sultats de cette Ă©tude suggĂšrent que les athlĂštes devraient Ă©laborer une stratĂ©gie plus rĂ©flĂ©chie de leur utilisation de la musique comme outil de prĂ©paration mentale. En effet, la plupart des athlĂštes n’exploitent pas cet outil au maximum puisqu’ils choisissent les chansons sans aucun critĂšre particulier. Cette Ă©tude montre une multitude de raisons pour en Ă©couter. En effet, la musique agit comme outil dĂ©clencheur ou comme rĂ©gulateur de divers processus psychologiques, donc il est important de bien la choisir en fonction de la personne, de la situation et de la tĂąche ; d’autant plus que la musique peut Ă©galement nuire Ă  la performance si elle n’est pas adĂ©quate.



La musique est un outil Ă  la portĂ©e de tous, cependant les donnĂ©es ont dĂ©montrĂ© qu’il faut d’abord dĂ©terminer les besoins de l’athlĂšte puis dĂ©terminer la raison principale de l’écoute musicale et enfin sĂ©lectionner la bonne musique. C'est pour cela qu'il est important d'ĂȘtre accompagnĂ© par un spĂ©cialiste en psychologie du sport, c'est Ă  dire un prĂ©parateur mental titulaire d'un diplĂŽme reconnu par la SFPS.


Pour plus d'informations je reste à disposition. Vous pouvez également me contacter par mail (sapet-agicpm@outlook.fr) ou par téléphone (06.35.92.44.87) pour commencer votre entraßnement mental.


214 vues0 commentaire