• LĂ©o-Paul SAPET

L'ENTRAÎNEMENT MENTAL DES... đŸ‘€pilotes de formule 1 ! Comment ça se passe ?

DerniĂšre mise Ă  jour : 25 juil.

Formule 1 : la prĂ©paration mentale devenu indispensable pour les pilotes ? En 2015, Marcus Ericsson alors pilote F1 chez Sauber, tĂ©moigne sur l'importance de la prĂ©paration mentale. En plus d’une prĂ©paration physique, les pilotes travaillent leur force mentale pour ĂȘtre plus performants : rĂ©flexes, concentration, rĂ©cupĂ©ration...


Viareggio (ITA), 11th January 2020. Formula Medicine, Riccardo Ceccarelli.

Ce secret du cockpit, Riccardo Ceccarelli l’observe et l’étudie depuis plus de vingt-cinq ans. FascinĂ© par ce qu’il dĂ©couvre, il fonde trĂšs vite Formule Medicine, une structure de recherche qui, Ă  ce jour, a collaborĂ© avec 75 pilotes de F1 et plus de 900 coureurs toutes disciplines confondues. Il tire rapidement ce constat : pour qu’un coureur soit compĂ©titif, il doit allier santĂ©, condition physique et entraĂźnement mental. Chacun Ă  leur Ă©poque, Ayrton Senna ou Michael Schumacher ont appliquĂ© ces principes, faisant la diffĂ©rence dans le paddock. Le pilote, pour Ceccarelli, est l’élĂ©ment essentiel de la performance d’une machine.

Ericsson se prépare mentalement sur la grille de départ

« AprĂšs un Grand Prix, la fatigue la plus importante est d’ordre mental, psychologique. Physiquement, nous travaillons toute l’annĂ©e et durant le week-end, nous avons des moments de relĂąche. Alors qu’intellectuellement, du jeudi au dimanche, nous sommes concentrĂ©s, concĂšde Ericsson. Pas de repos pour la tĂȘte. Nous pensons sans cesse Ă  la course. Le dimanche soir, aprĂšs le dĂ©briefing avec l’équipe, je ne prĂ©vois rien. Je regarde un film, je reste tranquille. J’ai besoin de souffler.»



« Les moments les plus exigeants durant l’épreuve sont le dĂ©part, les dĂ©passements, les arrĂȘts au stand, la voiture de sĂ©curitĂ©, les luttes pour garder ou gagner une place dans les derniers kilomĂštres», Ă©numĂšre le pilote. Les pulsations cardiaques et l’activitĂ© cĂ©rĂ©brale sont Ă  leur maximum. Le pilote doit alors gĂ©rer ou apprendre Ă  le faire. Comme il surveille sa consommation d’énergie et l’usure de ses pneumatiques, il lui faut savoir utiliser son cerveau « de maniĂšre la plus Ă©conomique possible», explique Ceccarelli.


Vettel, Leclerc et Rosberg expliquent pourquoi la préparation mentale est primordiale en F1.

Extrait des témoignages de l'article sur motorsport.nextgen-auto.


Sebastian Vettel a lui aussi travaillĂ© sa « visualisation », il se passe, dans sa tĂȘte, un tour de piste avant notamment chaque sĂ©ance de qualifications. « La qualification est un exercice trĂšs pur, brut, donc vous prenez du temps pour examiner le tour dans votre tĂȘte. Quels sont les points clĂ©s ? OĂč devez-vous vous amĂ©liorer par rapport au Grand Prix prĂ©cĂ©dent ? » explique sur ce sujet le pilote Allemand. « Une fois que vous avez commencĂ© le tour, vous n’avez plus le temps de rĂ©flĂ©chir, alors vous vous videz l’esprit et vous devez ĂȘtre dans l’instant prĂ©sent. MĂȘme si vous faites une erreur, il est important de ne pas y penser. Vous vous concentrez juste en prenant le tour virage aprĂšs virage, idĂ©alement, vous laissez le tout s’enchaĂźner. »


Cette technique de visualisation a Ă©tĂ© aussi adoptĂ©e par, Charles Leclerc. Le MonĂ©gasque a lui suivi les enseignements de Riccardo Ceccarelli, son coach mental depuis maintenant une dĂ©cennie. « J’ai beaucoup grandi mentalement ces derniĂšres annĂ©es » raconte Charles Leclerc. « Il y a beaucoup de techniques qui peuvent ĂȘtre utilisĂ©es ; personnellement, j’aime bien celle qui consiste Ă  imaginer le tour parfait dans ma tĂȘte, surtout avant les qualifications. Je le fais souvent parce que ça m’aide vraiment. Lorsque je ne suis pas dans la voiture, ces images m’aident Ă©normĂ©ment Ă  ĂȘtre pleinement concentrĂ© et Ă  me rĂ©adapter plus rapidement Ă  la voiture. Ensuite, pour la course, il s’agit de regarder les Grands Prix prĂ©cĂ©dents et d’imaginer tous les scĂ©narios possibles pour ĂȘtre prĂȘt pour l’un d’entre eux, comme par exemple pour savoir oĂč se trouver au premier virage. »


La performance mentale fut aussi dĂ©cisive, pour Nico Rosberg, afin de supporter la pression infligĂ©e par Lewis Hamilton chez Mercedes ; et si le titre 2016 de Nico Rosberg s’expliquait par ces progrĂšs effectuĂ©s sur le plan mental ? L’Allemand en mesure en tout cas l’influence aujourd’hui
 « Nous nous entraĂźnons tous Ă  fond chaque jour, mais pas tant que ça au niveau mental. J’ai donc vraiment accĂ©lĂ©rĂ© le rythme en 2016 et j’ai trouvĂ© une façon de travailler intensĂ©ment avec un coach mental. Je me suis concentrĂ© sur la mĂ©ditation. Le mot est souvent mal interprĂ©tĂ©, mais dans mon cas, il s’agissait de pratiquer la concentration et d’apprendre Ă  contrĂŽler son esprit. Vous ne pouvez pas effacer les Ă©motions nĂ©gatives, mais vous pouvez changer la façon dont vous y rĂ©agissez. Si vous en ĂȘtes conscient, vous pouvez les ralentir et faire Ă©voluer votre esprit vers des pensĂ©es plus positives. J’y ai travaillĂ© pendant 20 minutes chaque matin et chaque soir pendant toute l’annĂ©e 2016, et cela a Ă©tĂ© bĂ©nĂ©fique Ă  la fois pour la course et pour ma vie dans son ensemble. Cela m’a donnĂ© ce petit plus - et c’est en partie pour cela que je suis devenu champion du monde » estime Nico Rosberg.


George Russell a reconnu avoir eu recours à une aide mentale pour digérer sa fin de saison 2020 qui l'a vu fracasser sa monoplace contre un mur à Imola puis réussir une performance de choix dans la Mercedes laissée vacante par un Lewis Hamilton malade à Sakhir. Intérrogé sur Eurosport, le pilote Norman Nato, explique que se faire aider n'est plus tabou chez les pilotes : "aujourd'hui, on a moins peur de dire que la préparation mentale fait partie de la vie d'un pilote."


Pour conclure, la prĂ©paration mentale est de plus en plus utilisĂ©e dans les entraĂźnements pour diffĂ©rentes discipline sportive. Toi aussi ose essayer une nouvelle façon de t’entraĂźner et amĂ©liorer tes performances et ton bien-ĂȘtre.

23 vues0 commentaire